Université Sultan Moulay Slimane

05 23 48 02 18
Nov 22, 2017

L’Université Sultan Moulay Slimane au cœur de la lutte contre les effets des changements climatiques à travers son plan de formation d’experts universitaires sur la méthodologie Bilan Carbone

Lors de son intervention à l’occasion du Forum « Bilan Organisation Bas Carbone vers un bilan Territoire Bas carbone » organisé par l’Université Sultan Moulay Slimane avec l’appui de la Conférence des Présidents d’Universités (CPU), le Professeur Bouchaïb Mernari, Président de l’université a souligné que le développement économique, les activités humaines, reposant principalement sur l’utilisation d’énergies fossiles, génèrent des gaz à effet de serre (GES) dits anthropiques dans l’atmosphère et créent un déséquilibre se traduisant par l’augmentation de la température moyenne de la Terre. Ensuite, il a rappelé que lors de la COP 21, la communauté internationale a exprimé son engagement à réduire son émission des GES, notamment en se dotant d’énergies propres et adoptant la politique de l’efficacité énergétique. Enfin, il a précisé que le Maroc avait ratifié la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) en décembre 1995 et s’est engagé dans sa contribution déterminée au niveau national, dans l’Accord de Paris, à réduire ses émissions de Gaz à effet de serre (GES) de 34% à l’horizon 2030 en adoptant la stratégie nationale de développement durable 2016-2030.

Pour établir la responsabilité de tout un chacun dans cette dégradation climatique, le président de l’université a précisé que la réalisation du Bilan Carbone s’avère un outil efficace, d’une part pour déterminer le niveau de pollution d’une organisation, publique ou privée, et d’autre part, pour aider, à la décision, tout responsable d’une organisation désireuse d’intégrer la dimension climat au cœur de son activité.

Dans cette perspective, Monsieur le Président de l’université a affirmé que l’Université Sultan Moulay Slimane, à la fois engagée dans la mise œuvre des recommandations de la COP22 et consciente de son rôle dans la lutte contre les effets des changements climatiques, a organisé ce forum pour s’inscrire dans les efforts du Maroc dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il a également souligné le rôle clé de l’université dans le renforcement de la transition vers l’économie verte qui vise à intégrer la dimension environnementale et le changement climatique dans tous les programmes et politiques de développement.

L’organisation de ce forum s’inscrit dans la perspective de la 23ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP 23) organisée par les îles Fidji et tenue à Bonn et rentre dans le cadre des actions d’après COP22-Marrakech, programmées par l’université. Elle vient suite au succès qu’a connu la publication des résultats du projet pilote d’évaluation des émissions des GES incluant les différents établissements de notre université ainsi que son plan d’action de compensation pour atteindre la neutralité carbone, a souligné Monsieur le Président de l’université. Ce forum ambitionne de partager et généraliser cette expérience et la transposer à l’ensemble des établissements universitaires et des territoires nationaux. Il vise également à sensibiliser l’ensemble des parties prenantes aux enjeux du changement climatique, se familiariser avec le concept, et les bases de l’outil du bilan Organisation Bas Carbone (OBC) et élaborer un plan de formation d’experts universitaires capables de réaliser un bilan de GES de leur organisation (Université, Réseau d’entreprises, Collectivité, …).

Au cours de cet événement, des conférences plénières animées par des experts nationaux et internationaux, ont été consacrées à des thèmes liés essentiellement à la comptabilité carbone, l’efficacité de ressources, notamment énergétiques et le lien entre la croissance économique et les émissions des gaz à effet de serre. Cette séance de conférence a été présidé par le Professeur Mostapha BOUSMINA, Président de l’Université Euro-Méditerranéenne de Fès qui a enrichie le débat par ses interventions pertinentes. Cette manifestation a été distinguée aussi par l’organisation d’une formation d’initiation à la méthodologie de la comptabilité carbone au profit des enseignants chercheurs appartenant à différentes universités marocaines. Elle a été animée par un expert international de l’Association Bilan Carbone de France. Une convention de partenariat entre l’Université Sultan Moulay Slimane et l’Association Bilan Carbone a été signée en marge de cette rencontre. Elle a pour objectif l’échange d’expertises entre les deux partenaires et l’accompagnement des universités marocaines dans l’appui à l’action de la comptabilité carbone et l’intégration des outils de management des GES, en adéquation avec le contexte marocain.

Au terme de ce forum, un plan de formation des formateurs a été établi avec l’Association Bilan Carbone pour renforcer la capacité des enseignants chercheurs dans ce domaine. Il concerne d’abord une formation, plus approfondie, de cinq jours au profit des enseignants chercheurs des universités marocaines qui concerne la méthodologie de la comptabilité carbone et pendant laquelle une étude de cas des émissions des GES d’une université choisie sera traitée. Dans un deuxième temps, l’Association Bilan Carbone accompagnera les enseignants chercheurs formés, avec leurs étudiants stagiaires, dans la transposition de l’expérience dans leurs propres universités.

L’article dans le journal l’Économiste.